Accueil / La bibliothéque  VOYAGE AU PAYS DES SONS

VOYAGE AU PAYS DES SONS

Michel Bastide - Relations publiques
PREMIERE ETAPE
Station RER Aulnay sous bois : en s’approchant du pavillon de la bibliothèque situé près de la voie ferrée, on commence à imaginer tous les trésors qu’il contient.
BIBLIOTHEQUE SONORE
Avec nous le grand Meaulnes, héros de notre enfance,
Un séjour de feu dans l’Arabie de Lawrence,
Le facteur de Mc Cain qui a sonné deux fois,
Nous avons Courteline et nous avons Dumas,
Avec nous les folies de Madame sans gêne,
Y compris les orgies de Rimbaud et Verlaine ;

Sachez que l’on n’a pas oublié Simenon,
Orsenna, Hyggins Clark et son lot de frissons,
Un peu de Macchiavel qui délègue son prince,
Sir Arthur Conan Doyle et ses portes qui grincent ;

Bienvenus malvoyants ! Sachez qu’ils vous attendent !
On sait que par ici c’est chez nous qu’ils descendent !
Ils sont tous là pour vous, après midi, matin ;
Sonnez ! Ouvrez la porte rue Roger Contensin.

DEUXIEME ETAPE
A quelques mètres de l’entrée, une plaque commémorative rappelle la mort du résistant qui a donné son nom à la rue.
MOURIR À VINGT ANS
Rouge c’est la violence, c’est le sang sur le front,
Ouverture des chairs à cause du canon,
Gorge enrouée à force de crier vengeance,
Et la mort qui s’approche en riant par avance ;
Rouge c’est un jeune homme à qui l’on prend la vie,

C’est un bouquet de fleurs pour ne pas qu’on l’oublie ;
On chante on rit pourtant ! Est ce de l’indécence ?
Non ! Nous avons un cœur plein de reconnaissance :
Touchons du bout des doigts dans un geste léger,
En réservant ainsi du temps pour le passé,
Naïvement sa plaque commémorative ;
Sourions en pensant : « n’ai pas peur, on arrive !
Il est prévu que l’on se revoit quelque part !
Nous allons préparer bientôt notre départ ! »

TROISIEME ETAPE
On entre : accueil des bénévoles, de Barbara, la vice présidente, de Yannick, le président aux lunettes noires qui rappellent d’autres lunettes noires.
LE GENIUS
Ballade des doigts noirs sur le piano qui vibre,
Accords qui font bouger, accords qui rendent libres,
Ray Charles était l’extase quand il chantait le blues,
Bien aimé sur la terre il était le Genius ;
Alors retrouvons les ses notes magnifiques,
Retrouvons la fumée l’alcool et l’Amérique
Au milieu d’une nuit chaude et mélancolique.

QUATRIEME ETAPE
Tout autour de nous, des livres, encore des livres ! Combien d’heures de travail ? Combien d’heures de lectures ? Combien d’heures de plaisir ?
VIVRE AVEC LES SONS
Là haut dans une chambre obscure,
Il subit un malheur qui dure :
Voilà le matin, puis le soir,
Rien, jamais rien, plus rien à voir ;
Et soudain il pleut des CD
Sortis d’un paquet plastifié !

Souffrance qui part en fumée !
Ouverture, autre destinée,
Nouvelle vie dans l’insouciance,
Or des palais, guerre et romance,
Route ouverte vers l’horizon ;
Etre soi, vivre avec les sons,
Se libérer de sa prison.

CINQUIEME ETAPE
Des livres en quantité, des livres de qualité enregistrés par des donneurs de voix conseillés par l’équipe formation de la bibliothèque.
MUSIQUE
Folie force et beauté, c’est l’univers des sons,
On y voyage plus qu’au travers des visions ;
Rien n’est sale et toujours la musique surprend :
Même dans la tristesse, elle crée de bons moments ;
Adieux et retrouvailles, tout est beau quand résonne
Tambour violon piano ; la musique nous donne
Image et souvenir, passion qui fait frémir
Ouverture dantesque et symphonie délire ;
Naître au milieu des sons, et vivre pour en jouir.

SIXIEME ETAPE
Chaque audio lecteur, chaque bénévole, participe à sa manière à la vie de la bibliothèque ; l’équipe des Relations publiques la fait avancer et la fait connaître autour de nous.
TROIS FOIS RIEN
Rien ; nous ne sommes rien sur notre bout de terre,
Eternels voyageurs égarés dans les airs ;
Le soleil semble loin et les étoiles aussi,
Alors qu’ils sont tout près dans notre galaxie ;
Tout s’éloigne et se meurt et revit tour à tour,
Immensité du ciel qui recule toujours ;
On croit avoir trouvé le fin fond, les limites,
Non, c’était le début, il y a une suite ;
Sans cesse les cyclones tournent autour de nous,

Poussés par les tempêtes nous restons debout ;
Une avalanche ici, un incendie là bas,
Brûlée ou étouffée la vie est toujours là ;
La vie résiste sans que l’on sache pourquoi;
Il y a une règle, il y a une loi,
Qui dit «  bats toi ! Bats toi ! Même vaincu, bats toi ! »
Une règle dictée par on ne sait trop quoi;
Elle ajoute en riant : «  même si tu n’es rien,
Survivre, jusqu’ici, tu l’as fait plutôt bien ! »

SEPTIEME ETAPE
Notre moyen de communication avec les audio lecteurs est un CD intitulé Entre nous soit dit ; adhérer à la bibliothèque d’Aulnay doit être l’assurance de n’être jamais seul.
SAVOIR VIVRE LA NUIT
Elle est belle la nuit, ni criarde ni sale,
Ni souillée par tous les détritus qui s’installent ;
Tout en elle est passion, tout en elle est mystères,
Rêves débarrassés des visions ordinaires,
Elle chante en douceur quand notre cœur s’emballe ;

Nuit qui calme les maux, nuit qui fait réfléchir,
Ou même qui permet de comprendre et d’agir ;
Une nuit éternelle est comme un long voyage
Sans qu’un matin fiévreux vienne en tourner la page ;

Savoir vivre la nuit c’est un art de poète :
Ouverture vers soi, retrouver dans sa tête
Innocence et refuge, oubli des multitudes,
Totale liberté grâce à la solitude ;

Dans la nuit, mal voyants, foulant votre univers,
Il était une fois un homme solitaire,
Très proche de vos pas et de votre lumière.